Le carnet de voyage de yemanja

Nous voila arrivés aux iles canaries après une belle navigation de deux jours, nous y sommes pour un mois. Nous commençons par l’ile Graciosa, petite île de 27 km2.

Les habitations sont blanches, les rues en sable, le soleil brille, l’eau à 21°est transparente et d’un beau bleu piscine. Il fait 27° à l’ombre. Bonne rentrée à tous !

Dès notre arrivée nous avons cherché un magasin qui vend des cannes à pêche (Merci Grand-père) avec moulinet car Ewan et Mathias avaient ardemment envie de pêcher, un nouveau virus!!

Ils ont pêché près de la digue ou un homme est venu leur dire que la pêche est interdite sur l’ile car c’est une réserve naturelle. (l’environnement est très propre). Mais bon, vu que l’on voit une personne à la minute avec une canne à pêche, ils sont juste allé hors du port et des habitations comme les autres touristes.

Lieu de pêche de ce matin

Demain nous partons au mouillage sur la » playa Francesca » pour quelques jours avant de relâcher à l’ile de Lanzarote récupérer le colis du CNED d’Ewan et oui il va bien falloir commencer l’école!

Bienvenue sur le continent africain, le Maroc n’est pas une route habituelle des voiliers de voyage. Tout d’abord Mohammedia grand port pétrolier, pays des petites barques de pêche (Sans feu) et des aigrettes. Longues démarches administratives pour ce port (57 euro la nuit) le dépaysement est total. On est resté un jour le temps du repos et d’aller à la plage populaire. On a testé la tajine dans un resto local, tout les plats était mauvais.

Puis navigation pour El Jadira. Là on a mouillé dans le port, près de la vielle ville portugaise fortifié. Ce port est incroyable, il grouille d’animation, entre une centaine de pêcheurs, une centaine de baigneurs (dans le port) et un centre nautique.

On a fait la connaissance d’Abdel, qui est devenu notre guide pour une journée. Grâce à lui nous avons visité la plage Bou Zid, le cap Blanc du nord du port de Torne Vigia, les amers Marabout, les vendeurs de légumes au bord de route, et le lagon Oualidia. Merci Abdel pour l’accueil, pour le thé à la menthe et les gâteaux locaux, les beignets et la carte sim qui nous permis de prendre la météo.

Merci au centre nautique pour les douches et les tours en optimist et à Fatima pour sa gentillesse. Nous sommes restés quatre jours.

Deux jours de navigation, pas toujours facile. Une arrivé de nuit longue avec un vent de face, du coup on a mis 5h pour faire 20 milles nautique. Note pour les marins : oubliez le RIPAM et les feux de navire, oubliez les instructions nautiques des phares où il est écrit qu’il y aura deux éclats…

Agadir est une ville Chic hyper sécurisé. Les formalités (douaniers, police d’immigration) hyper simple, avec la question : Avez vous un drone? Les enfants se sont découvert une passion pour la pêche au bord du ponton. On a mangé un bon couscous.

Il parait que l’on est jeudi……On reste encore deux jours et on file vers les canaries. On se retrouve là bas ?

Après Sines donc, nous sommes partis pour passer le cap St Vincent, on l’a vu défiler avec un fort vent, et une fois passé, la houle nous a enfin quitté. On a aimé l’escale dans la ria d’Alvor, les enfants se sont fait des copains Français, c’était calme et beau et les températures on enfin commencé à monter. Ewan veut désormais pour son prochain anniversaire une canne à pêche avec un moulinet.

On en a profité pour faire notre petit tour en haut du mat et Mathias a testé l’escalade d’un mat de 15 mètres. (Oui maman! il a un harnais, il monte et descend en toute sécurité !!!)

Puis Portimao, le port (67 euro la nuit) et le mouillage à la plage. Sympa avec une grande activité touristique nautique (pour dire qu’il y avait tous types de bateaux dans tous les sens). Savez vous qu’elles sont les nationalités des voiliers de voyage les plus courant lors de notre aventure? Les hollandais en premier, puis belges et allemands avec des bateaux d’un minimum de 12 mètres.

Lors de notre navigation nous avons du régler un problème médical. Ewan s’était enfoncé un bout de bambou dans le pied, avec un début d’infection. Après plusieurs heures de manipulation on a réussi à l’enlever.

Nous sommes arrivés au Maroc ce matin (très tôt). Port Mohammedia, petit port Pétrolier et de pêche ( indication pour l’ambiance ),suite à nos 41h de navigation pour 229 milles avec une pointe à 14.2 nœuds en surf. Ce nouveau pays que nous allons visiter avant d’aller au Canaries sera le sujet du prochain article.

Marina du port de Mohammedia

Pour finir ,on va à la plage, ici la température est de 29° à l’ombre et l’eau est a 21°. Sourire!!!

Pour changer un peu, quelques moments attrapés par-ci par-là. En raison du poids de la vidéo celle ci est découpée en deux parties.

Vidéo 1

Vidéo 2

Après 5 jours d’escales à Cascais (pour ceux qui ne suivent pas), une escale à Sesimbra , nous voilà à Sines. Qui est « Dom Vasco Da Gama » né ici ?

1er navigateur à être arrivé aux Indes en contournant le cap de bonne Espérance.(1498)
Sines

Lors de notre belle navigation (c’est à dire, plus de 10 nœuds de vent, du soleil et une belle houle) Mathias nous a fait une belle pizza et j’ai eu mon 1er poisson : un maquereau.

tomates, bacon, gruyère
Je vise petit pour l’entrainement en attendant les gros !!

Repos dans cette baie au bon mouillage, (repos qui veut aussi dire entretien du bateau) courses. Essai de baignade (eau à 14°) Et la dernière photo pour le jeu : trouver Mathias !

Après San Jacinto, la marina Poenté et Sao Marthinho, (un repère pour pirate, où les enfants ont bien profité de la dune et des jeux gonflables aquatiques le matin) nouveau départ l’ après midi car nous avions hâte de descendre cette cote portugaise houleuse (mer complètement bordélique).

Sao Marthinho
Mathias et Ewan en bas à droite pour la cinquième montée

Malgré notre avancée sous une navigation « nouveau concept »( voile et moteur et brume), car peu de vent, nous sommes arrivé au mouillage de Peniche pour se faire déloger par la police deux heure plus tard . La raison ? Fête de la sainte patronne des pécheurs avec feu d’artifice et procession de tout les bateaux . Donc navigation de nuit où lors de notre quart on a pu découvrir des dauphins laissant leurs trainées phosphorescentes, c’est assez magique…

Arrivée à Cascais , ville animée et assez jolie, toujours avec une eau qui incite à la baignade affichant un 14.3°.Courses et recherche de machine à laver nous permet de visiter (tout est assez simple à trouver avec un téléphone). Nous sommes à notre deuxième jour d’escale et on se sent bien, il fait chaud, du coup on attend la visite de nos amis, la famille Lion qui pour leurs vacances visite Lisbonne.

Pour le prochain article (qui que vous soyez) je répondrais à toutes vos interrogations sur notre aventure, merci de les poster sur les commentaires et je vous promet une petite vidéo.

Un Cireur de chaussures, dommage nous sommes en tongs !!!

Devise national du Portugal. Personnellement, naviguer au Portugal n’est pas idéal car la côte ne présente que très peu d’abris , pas de mouillage et de belles plages pour accueillir yemanja, ainsi qu’une houle en bazar (ce qui ne dérange pas les enfants pour lire ou jouer à l’intérieur). Ce matin, réveil en trompette car nous sommes à coté du « regimento de infanteria 10 » à Baia de Sao Jacinto. On repart demain…

Avant cela nous étions à Baiona .Un peu d’histoire car c’est là que la caravelle « La pinta », un des  » bateaux de Cristophe Colomb , a annoncé la découverte du nouveau monde en 1493 deux jour avant Christophe Colomb qui lui est arrivé à Lisbonne.

Visite de la forteresse de Monterreal
La pinta (30mètres sur 8mètres) avec 30 membres d’équipages

Avant cela nous étions au ponton de la marina Viana et là encore un peu d’histoire car nous pouvions voir, juste devant, le pont Effel (1878) routier et ferroviaire de 2000 tonnes de fer. Le train passe sous la route! Nous sommes allés faire des courses dans une superette et au moment de payer Bruno sort sa carte visa Premier toute neuve pour s’entendre dire en français : « Nous ne prenons que les cartes portugaises ». L’Europe a ses limites!

Précédemment,une belle plage d’Espagne : Plage du port de Cangas ou grâce à un pare-battage enfoncé dans le sable Ewan et Mathias on fait du jumping avec des ados espagnols

Pour Finir nous avons fait le premier gâteau à bord pour fêter l’anniversaire de Bruno. (c’est l’intention qui compte)

J’ai une pensée toute particulière pour Simone et Géraldine.

Nous sommes partis de Sanxero motivé à 8h20 ce matin par un temps mitigé avec un petit vent. A 9h34 on s’est retrouvé sous une pluie, de la houle de 2 mètres, un vent du sud Ouest de face de 20 nœuds à tirer des bords (avec une rafale à 30). Bref on s’est demandé pourquoi on était dans cette situation alors que nous étions tranquilles devant une belle plage.

Mais la navigation a évolué, trois zig zag d’une heure et nous sommes arrivé dans un goulet qui mène au grand port de Vigo. Bruno avait réservé dans une marina en face grâce à son application « Navily ». Ce qui n’a rien changé à notre arrivée car aujourd’hui c’est férié dans toute la galice car c’est la saint Jacques!

Grand rinçage, grand ménage, une bonne douche (collective…) le soleil est revenu, le repos est agréable.

Une sortie de douche
Voici un exemple de contenu papier d’un cycle de CM2 du CNED réceptionné hier à un point relais.

Voici notre 6ème escale à Sanxenxo

Petit bilan des quinze jours : Nous avons parcourus 500 milles, consommés 400 litres d’eau, gazole 20 litres, changé d’alimentation (ex :melon espagnol, glaces, haricots plats…) nous luttons et achetons encore quelques fromages de France. nous nous baignons dans une eau en dessous de 18°, Mathias en est à son Cinquième livres, nous avons pour chaque jour de navigation des visites de nos voisins les dauphins.

Nous sommes ici pour quelques jours, l’objectif étant de récupérer le premier colis CNED de Mathias. Repos , raquette le matin paddle, courses, balade et observation sont au programme.

Et je finirai par un petit jeu : sur la photo suivante trouvez Mathias et sur la deuxième photo trouvez notre annexe (si vous pouvez).

Apres deux jours d’escales nous sommes partis pour Ares sous des rafales à 30 nœuds, pour une navigation de 6h avec des creux de 2m. Quand on va dans le même sens que le vents ce n’est pas violent. Les vagues nous soulèvent par l’arrière, faisant partir le bateau en surf, et nous dépassent.

Maintenant on profite de Ares, une bourgade de plus de 5000 habitants avec de grandes étendues de plages . On a commencé l’entrainement raquette et la baignade à 17.6°. Ici il y a des parkings à annexes, des plages pour chiens et des distributeurs de sex-toys …

Aujourd’hui nous venons de mouiller à Camarinas pour quelques jours où nous avons été accueillis avec feu d’artifice et une parade nautique. Lors de notre navigation nous avons rencontré des dauphins et le cargo FORTE de 216 mètres classé navire de transport lourd de levage. Les deux ont acceptés d’être sur la photo.