Le carnet de voyage de yemanja

Nous avons quitté la Guadeloupe il y a 8 jours et lors de notre traversé Ewan a quand même pêché un espadon, bien trop gros pour notre voilier.

Notre première escale fut Falmouth Harbour où nous en avons pris plein les yeux. Des voiliers et des yachts très grands et luxueux. Antigua ou la démesure maritime!

L’île est fortement prisée par les personnes fortunées. De nombreuses résidences domaniales bordent les rivages de l’île, souvent équipées d’héliports. (C’est même sur cette île qu’est domicilié Corto Maltese.) Pas de touristes de masse ici…

Mais attention les belles plages sont souvent privées, les plaisanciers pas toujours les bienvenus dans certaines zones et les prix excessifs bien que non taxés.

On a trouvé des baie plus calmes ou le sable n’est que corail ou les lézards sont roi. (Quoi que nous avons aperçu une grosse queue de rat.)

Nous sommes allé mouiller derrière l’ile Green island, un spot de kitesurf ou nous avons croisé des champions et une annexe volante.

Aujourd’hui nous rencontrons des problèmes techniques avec notre moteur d’annexe. Nous n’avons pas de connexion intéressante pour faire un grand article ou vous appeler. On vous en reparle bientôt car nous espérons visiter ses forts et ses forets.

On pense bien a vous.

Nous avons quitté les saintes après un mouillage devant l’Ilet à Cabri petite ile inhabitée où nous avons vagabondé jusqu’au fort Joséphine qui fut aussi un ancien pénitencier accueillant des bagnards en route vers Cayenne jusqu’en 1902. Superbes vues sur la Dominique, la Guadeloupe et Marie-Galante. (Ce mouillage rentre dans mon top 5.)

vue du fort sur l’anse du Bourg des Saintes

Nous avons pu observer pendant deux jours, dès le lever du soleil, les spectaculaires plongeons verticaux des pélicans bruns.

Début de figure à plus de 10 mètres
les bancs de poissons en dessous de leurs chutes

Puis direction la Guadeloupe, atterrissage à la marina « rivière sens » et ainsi faire le plein d’eau (700 litres) et de vivres frais.

Arrivée à la Guadeloupe par la pointe du Vieux Fort
Marina de « rivière sens »

Sous une météo grise et un crachin « breton », les enfants ont fait connaissance de Gaétan. Une belle rencontre qui a permis aux gars de se perfectionner en articles et techniques de pêche. Gaétan tient le magasin d’accastillage et articles de pêche près de la marina.

Puis nous grenouillons dans ses différentes anses (anse à la barque, anse Malendure = très rouleurs pour nos nuits.) Aujourd’hui (Samedi matin) nous sommes mouillés dans l’anse Deshaies.. Des dauphins pour nous accueillir. Belle plongée en masque et tuba,c’est le week-end.

Anse Deshaies

L’équipage va bien et notre prochaine aventure sera l’ile Antigua .On se retrouve là-bas?

Avant notre départ de l’ile de la Dominique nous avons visité la foret qui entoure la ville avec un guide rasta man. Nous n’avons pas été déçus par la ballade dans la mangrove, nous nous sommes baignés dans des sources chaudes, chauffée par un processus géothermique. Bruno surveillait le bateau (n’oublions pas que cela soufflait avec de bonnes rafales à plus de 30 noeuds) et Ewan vivait pleinement sa passion : la pêche.

Nous avons aussi fait la connaissance de la belle famille du voilier  » Orialys » dont les trois enfants ont bien joué avec les nôtres. Il font leur deuxième voyage à destination du pacifique sur deux ans. On leur souhaite de bien profiter de cette partie du monde.

Nous voilà aujourd’hui (quel jour sommes nous ?) aux Saintes et lors de notre navigation nous avons attrapés une dorade coryphène de 90 cm. « Le bonheur et la fierté régnait dans le cœur d’Ewan ».

Après un mouillage sur l’ile Terre-de-bas pour le repas de midi poisson au menu (un coucou à Jacky) nous sommes allés sur l’ile Terre-de-haut,amarrés sur une bouée avec une belle vue sur la Guadeloupe.

A bientot pour de nouvelles aventures

C’est un dimanche que Christophe l’a découverte, cette ile montagneuse et très verte, nous on est arrivé un mardi. On a décidé d’y mouiller pour quelques jours afin de la connaitre mais les phénomènes météorologiques du coin (un 7 beaufort sur quatre jours) nous ont donné du rab afin d’avoir nos habitudes. Désormais après l’école on fait un petit tour dans la rue principale acheter notre galette au manioc coco, du poulet et des bananes. Ce qui nous permet de discuter avec les locaux qui parlent français. Un tour au bar pour la connexion et les gouters. Et l’observation très technique et pleine d’émerveillement sur les fortes rafales et averses qui nous tombent dessus et qui donnent un certain chaos à l’environnement aquatique qui nous entoure sur un moment très court. Et dans ces moments là on se félicite de l’achat de notre ancre « Spade » qui ne nous a jamais fait défaut comparé aux bouées louées à coté qui lâchent parfois ses bateaux.

La Dominique qui a subit deux cyclones ( le dernier en 2017) est en re-re-reconstruction.

Et cela donne une fois fini, un environnement accueillant et paisible.

Note aux sorciers du ciel. Question : Comment est-il possible d’avoir 1019 hPa au baromètre alors que souffle 30 nœuds de vent sous averses. Ce n’est pas ce que j’ai appris à l’école …

trace du Cyclone » Maria »

Note aux donateurs : j’en profite pour préciser que vos dons en cahiers et crayons sont régulièrement distribués sur nos différents passages. Les livres quand a eux ont été donné à une école de Martinique.

Un départ la semaine prochaine, on se retrouve donc en Guadeloupe. Merci pour vos messages on pense bien à vous aussi !!!

Aujourd’hui lundi, nous sommes à l’anse noire, tout l’équipage est au complet et nous avons repris notre vie de nomade. Ainsi que certains de nos repères , un exemple au hasard : l’école le matin. Le mouillage reste sauvage (hors dimanche et vacances scolaires). Les plongées en masque sont captivantes avec ses coraux et ses poissons. Frégates et pélicans sont au rendez-vous.

Nous avons passé deux semaines au port d’étang Z’abricot afin de faire notre arrêt technique et familial et ainsi fêter noël chez la famille Lion. Une superbe déco et un sapin bien garni accompagnés de chants de noël, nous attendaient.

Un grand merci à la famille et aux amis pour leur colis remplis de cadeaux.

Un grand merci à la famille Lion pour leur accueil et la famille Le Lay pour leur présence.

Nous avons passez une belle journée en plongée dans l’anse de St Pierre tous ensemble.(note de l’auteur : lire la BD Cyparis édition La boite à bulles qui parle de l’éruption de la montagne pelée en 1902).

Coté technique nous avons un tangon tout neuf et un génois recousu, un carénage fait par nos soins en plongée, refait le plein d’eau + nourriture + gaz, vidangé le moteur, changé quelques axes ici ou la…

Pour répondre aux commentaires :  » Je suis curieuse de savoir ce qu’il en est des problématiques liées au climat et donc des impacts sur les différentes sociétés humaines que vous avez rencontré. » ou bien « vous devez bien découvrir quelques imperfections ? climatiques, sociétales ou autres ? » Il est difficile de répondre en quelques mots sur ce blog pour chaque ile visitée…Nous avons vu de la pollution comme partout et des types qui dormaient sous des tôles, mais pas de violence ni d’insécurité. Nous n’avons pas visité d’iles touchées par des cyclones ni subit de racisme.

Ce soir nous changeons de mouillage pour admirer le feu d’artifice tirer à fort de France. On vous souhaite une bonne fin d’année et on se retrouve à l’ile de la Dominique.

Une dernière vidéo des iles des Grenadines pour la fin de l’année

en vous souhaitant de bonnes fêtes.

Nous quittons l’ile de Bequia (la méconnue) pour une petite navigation au près jusqu’à l’ile de St Vincent ou nous sommes (obligatoirement) accueillis par un boy-boat rasta man .

Qui nous aidera (en contreparties de 20 Dollars des Caraïbes orientales) à s’amarrer par l’arrière à un palmier après avoir mouillé l’ancre. Cette technique est obligatoire car il n’y a du fond qu’au bord de côte.

Cette ile qui n’a pas bonne réputation reste une belle escale très nature. Le mouillage de Cumberland est une baie aux fonds abrupts, bordée d’une grande cocoteraie et traversée par une rivière.

Dès que vous aurez posé votre ancre les boys-boats viendront vous vendre fruits, légumes, bracelets ou leur pêche. Nous avons ainsi dépensé nos derniers dollars.

Après cela nous avons fais quelques heures d’école et décrété le début des vacances scolaires. On a aussi décidé de sauter l’escale à St Lucie et de faire direct les 75 milles nautiques ( au près! on a plus l’habitude, cela pique un peu) qui nous relie à la Martinique. Les garçons avaient hâte de revoir leur père et nous de faire un bon repos au port d’étang Zabricot. Grand escale où nous avons commencé par un grand nettoyage et l’entretien du bateau et satisfaire notre envie depuis plusieurs semaines : manger des yaourts!

Aujourd’hui nous fêtons notre 160ème jour d’aventure et nos 5215 milles parcourus (environ 9387 km).Cette escale de fin d’année va aussi permettre de faire le point sur les prochaines navigations car il nous reste bien 5 mois de découverte avant de penser au retour.

Ce matin à l heure ou je vous écris (6h40). On pense à Vous !

Un petit tour au fameuses iles des Tobago Cays ou les enfants on pu nager avec les tortues et on vu leur premier requin. Des iles inhabitées où des scènes du film « pirates des caraïbes » furent tournées. Mais nous préférons de loin l’ile de Bequia où le mouillage tranquille offre une vue sur la ville tout autant COOL et une belle plage ombragée . Au mouillage s’offre à nous diffèrent service, des « boatboys » nous proposent régulièrement poissons, diesel, eau,glaçons et pain à prix d’or. J’ai même testé le docteur local pour une infection aux oreilles.

Cette ile est la plus grande ile des grenadines dans les Caraïbes. Les pécheurs de Bequia, soutenus par le gouvernement japonais, sont autorisés par une commission baleinière internationale à tuer quatre baleines à bosse par an au titre du maintien d’une activité traditionnelle.

Les garçons font du paddle à voiles serviettes.

Demain il nous reste de bonnes navigations vers les iles de St Vincent et de St Lucie, destination finale la Martinique où nous ferons notre plus grande escale.

PUB pour …
voici le fond sous le bateau

J’espère avoir de vos nouvelles pour les fetes.

Nous avons quitté l’Ile de la Barbade après trois jours d’escale. Nous garderons en souvenir une ile bruyante et américanisée, difficile de trouver des fruits et légumes. Des averses qui nous ont permis de récupérer 4O litres pour les douches. Des belles couleurs, ses rasta mens et sa musique reggae ,son sable fin et surtout notre rencontre avec un équipage de 7 grenouilles.

« The frogs tour « est un équipage de 7 étudiants (Augustin, Théo, Antoine,Gauthier, Hugo, Grégoire, Adrien),partis autour de l’atlantique sur un bateau de 17m. Très sympa et énergisant. Ils font des vidéos de leur aventure voici le lien.

Après 24h de navigation nous avons rejoins les iles grenadines. Par obligation administrative, nous avons commencé par Union Island: Verte, agréable avec son mouillage calme, Il y règne une douceur de vivre, nous nous sommes reposés (sauf le matin ou je tiens bon à convaincre deux garçons que l’école, avec ses nombreuses matières, est intéressante ET indispensable.

Ce matin, nous avons changé de mouillage. Direction Chatham Bay pour aller nager avec les tortues. C’est une grand baie verdoyante ou le temps c’est arrêté. Peu de voiliers et pas de bruit, seulement les cris des sternes chassées par les frégates.Nous sommes en mer de caraibe et je n’ai jamais mangé meilleur ananas que sur cette ile .

De belles baignades et des belles rencontres…notre rythme cardiaque est divisé par deux. Difficile dans ces conditions de ne pas avoir un décalage avec la France avec l’hiver et autres festivités de Noel.

Nous restons là quelques jours peut-être des mois… ha !! non, on a un rendez-vous, le seul de l’année. Le 12 en Martinique, pour que les garçons passent des vacances avec Boris, leur père et que les enfants de Bruno viennent profiter du leur.

En attendant on a une dizaine de jours pour profiter des îles des grenadines. A bientôt et portez vous bien.