Le carnet de voyage de yemanja

Récupérateur d’eau, balise EPIRB.

Aujourd’hui: pluie et beau soleil (la Bretagne ! ) , parfait pour penser et modifier le bimini et y placer un récupérateur de pluie.

Un passe coque (coupé),couplé à un raccord et un tuyau directement dans le nable du réservoir feront notre affaire.

Nous clôturons nos équipements électroniques par l’achat de la balise de détresse EPIRB1(ou Radio Localisation des Sinistres) de la marque Océan signal , 30% plus petite que les autres modèles et une durée de vie de la batterie de 10 ans.Qui ne s’active pas automatiquement en cas d’immersion comme on peut le lire sur certain site d’achat mais manuellement.

Nous avons aussi créé un emplacement pour le téléphone satellite

Liste des courses et compteur d’eau.

C’est parti pour charger le voilier des futurs repas pris à bord. Pour varier les plaisirs nous nous y prendrons donc en plusieurs fois sous plusieurs enseignes de magasin.


Nous hésitons pour le nombre de kilo de chocolat , de papier WC et de farine. Bien sur nous trouverons sur place lors de nos escales de quoi remplir la cambuse mais nous préférons avoir une réserve pour ne faire que les courses de frais lors des excursions.

Voici pour exemple de la première liste d’inventaire alimentaire non exhaustif.

Du coté bricolage on vient de poser un compteur d’eau à la sortie de nos réservoirs pouvant contenir 700 L. Nous saurons donc désormais combien de litres nous consommons par jour. Il restera à déterminer combien de litres nous mettons en faisant le plein. Si vous remarquez sur la photo un fil électrique sort du compteur, il servira à brancher un écran qui nous indiquera directement un nombre de litres. (Compteur à impulsions.)

Communication par téléphone Iridium.

Le téléphone Iridium de la marque Motorola est un système de téléphone par satellite.Le notre, acheté avec le bateau date de 10 ans.C’est le modèle 9505. (photo).Les batteries qui étaient hors service étaient introuvables en France. Nous sommes donc aller les chercher en Chine.

Iridium est le seul système de téléphonie par satellite assurant une couverture de l’ensemble du globe avec 66 satellites iridium sur environ 1500 satellites qui gravitent autour de la terre.
Ce système est conçu au début des années 1990 et permet de communiquer sur toute la Terre. 

Ainsi lors de notre voyage nous pourrons téléphoner ou envoyer des SMS ainsi que la réception de vos messages, mais l’utilisation  principale est l’accueil des bulletins météo sur l’ordinateur via un logiciel gratuit « SQUID« . 

Il nous reste à créer une messagerie pour la réception des fichiers grib. (Un exemple en photo). Qu’il faut ensuite analyser et  interpréter pour avoir une prévision sur environ 5 jours.

1 An sans…

Nous sommes sous la barre des 7 mois avant le départ et nous allons de l’avant en perfectionnant toujours notre voilier.

Le bois du cockpit est à nouveau démonté pour le poncer et le traiter, coté esthétique les plaques en « ertalon » sous les winch sont désormais arrondies, le mat a repris sa place et Bruno est monté pour repasser les drisses,la lumière du compas est branchée, nous avons amélioré le puits de chaîne et nous réfléchissons au tri et au stockage des déchets à bord qui n’est pas si simple.

Puis me vient cette citation de Paolo Coëlho  » Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose la routine elle est mortelle. »

1 An sans …

Une petite liste non exhaustive  : 

1 an sans machine à laver ainsi que lave vaisselle, voiture, guitare électrique et logiciel de musique, le jeu « fornite » et la télévision, les aliments congelés, le travail et le trajet pour s’y rendre, le canapé, sans coiffeur(?), sans manteau ni couette, sans club de sport, sans murs, sans produits esthétiques, sans emploi du temps défini, sans vitesse supérieure à 20 km/h, sans rendez-vous et ses salles d’attentes, médiathèque, sans publicité, sans vous.

Travaux sur le mat.

Nous ne regrettons pas le fait de devoir démâter et d’effectuer une vérification complète .Un mat posé sur des tréteaux, permet de se rendre vraiment compte de l’état de l’accastillage.Nous avons donc eu quelques surprises!

 

 

Le premier objectif était de débloquer deux réas coincés en tête de mat et de régler le problème de câbles électriques (feux, radar, antennes) qui au moindre mouvement venaient cogner et résonner dans le mat.

Du polystyrène tapissait les parois du mat pour isoler phoniquement celui-ci. Malheureusement, au fil du temps tout était tombé à son pied et nous avons dû aspirer trois sacs de  polystyrène en morceau.

 

Pour retrouver une isolation phonique l’idée fut d’enfiler les câbles dans des tubes de polyéthylène utilisés pour la plomberie en barre d’un mètre.

Ainsi nous avons constaté que notre mat mesurait 15 mètres.

Puis le changement de certains rivets pop non adaptes.

 

On enlève des pièces fixes sur le mat sans utilité.

Et on constate que certains câbles sont abîmés.

Conclusion :

  • Les pièces importantes du mat sont toutes en bon état.
  • Une petite liste de travaux d’entretien se met en place.

 

Trappe du réservoir

Le réservoir a une nouvelle trappe qui va permettre de le nettoyer plus facilement.

Cette opération ne se fait pas tous les jours et la plaque du dessus doit être solidement fixée.

Pour cela nous avons taraudé chaque trou pour installer un boulon, l’opération est longue et fastidieuse.

C’est toujours étonnant de voir le nombre de trous que l’on perce dans un bateau.

Ici il y en a 24!

Histoire d’anémomètre

Depuis quelques temps, les informations de direction et de force du vent semblaient quelque peu fantaisistes.

Après une ascension en haut du mat et un nettoyage des contacts, la girouette anémomètre fonctionnait plus ou moins bien puis plus du tout.

Impossible de partir avec un matériel aussi peu fiable. La société TEEM à Lorient a testé notre aérien et le verdict est tombé: HS.

Nous naviguons donc avec un matériel tout neuf et onéreux mais qui donne les bonnes informations.

Passager clandestin.

Notre sortie de l’eau,vendredi c’est bien passée, pour nous accompagner Georges et sa fille étaient de l’aventure

et nous avons dès ce weekend commencé le nettoyage et les travaux prévus sur notre liste .

Comme par exemple ouvrir une trappe sur le réservoir « gazout » afin d’avoir un accès plus facile pour l’inspection et le nettoyage.

Nous sommes assez content de l’antifouling « Trilux » noir car pour 6 mois dans l’eau il y a peu d’ algues et balanes.

Lors du nettoyage au jet du puits de dérive, quelle fut notre surprise d’y trouver un passager qui avait élu domicile dans un recoin et il a bien fallu deux jours pour le déloger et le remettre dans le Blavet.

Belle anguille de 30 cm  réputée particulièrement rustique et résistante, grâce notamment à sa capacité à respirer l’air, mais elles sont néanmoins en forte régression et considérées comme espèce menacée en Europe.

Et pour finir nous avons fait nettoyer notre « grand-voile » chez « white-sails » qui lave les plus grandes voiles d’Europe comme celle  du voilier Club Med 2, aperçue au fond de l’atelier, et qui affiche une surface de 330 m2  .

pour info la nôtre fait 37 m2 (12.90 x 4.10 x 0.6)

 

Sortie de l’eau et démâtage.

La belle saison se fini avec des « avis de grand frais » qui se suivent . Nous avons décidé de sortir le bateau dans quinze jours (26/10) pour :

  1. Finir les derniers bricolage comme : découper une trappe sur la caisse à gazoil, installer un compteur  sur la réserve d’eau, modifier le coffre arrière (travail réalisé par un soudeur), faire un récupérateur d’eau sur le bimini, installer l’antenne extérieur iridium, et autres bricoles.
  2. Mais surtout démâter (9/11) : pour régler ce problème de câbles qui ne sont pas gainés et tapent à chaque mouvement et aussi débloquer les deux réas de tête de mat.

Le bateau sera donc au chantier cet hiver pour les derniers préparatifs avant le départ. Accessible à terre, je vous invite à nous rendre visite quand vous le souhaitez.

 

 

Navigation avec les enfants

Après plus d’un mois de navigation sur yemanja, nous avons finis par 5 jours avec Ewan et Mathias direction Belle-île .

Nous n’y sommes restés qu’un jour car la nuit fut agitée cause d’un mouillage très rouleur. Puis île de Houât avec des rencontres, notamment le voilier sistership du nôtre: Zigoto

les photos : Deux Maracujas! concours de plongeons (eau à 16°), réparation d’une pizza , petit tour en haut du mat, jeu et navigation par belle mer sous gennaker.

Top