Le carnet de voyage de yemanja

L’ aventure n’est pas finie. Il nous reste la traversée de l’atlantique! Nous partons demain pour une navigation jusqu’aux Açores. 2200 milles à vol d’oiseau. Une vingtaine de jours peut-être. A nous les ciels étoilés, les levers de soleil, les baleines, les quarts de nuits à penser à vous. Notre cambuse est pleine ainsi que nos liseuses. Le temps va s’étirer au même moment que les nouvelles de la terre vont s’arrêter.

nouvelle coupe pour Mathias.

Ewan s’est acheté du matos de pêche et espère bien « ramener du gros », Mathias va commencer le montage d’un lego technique 4X4 télécommandé, Bruno va se spécialiser dans le routage météo et moi sans doute réfléchir à un prochain projet.

Arrivés aux Açores nous aurons deux choix. Option A: Les Açores sont ouvertes aux touristes: dans ce cas nous allons prendre notre temps. Option B : ouvert seulement au ravitaillement . Le Portugal va-t-il ouvrir ses frontières ?

Les dernières courses, sortir les bonnes voiles, une dernière vérification dans le mat, l’annexe démontée et placée en fond de coffre, profiter de la piscine géante à 26° et d’une nuit entière avant longtemps.

En attendant d’avoir a nouveau de vos nouvelles, prenez soin de vous.

J’en profite pour souhaiter un bon anniversaire à Patrick, Marjorie et Franck (Ludo tu l’appellera pour moi !)

Nous avons quitté les iles britanniques pour l’Ile de St Martin . Comptez 36 heures de près où nous avons pu reprendre un entrainement de diverses manœuvres, pratiquer la vie en bateau penché et pêcher de jolies dorades. Et nous voilà sur un territoire français où nous nous activons à préparer le bateau pour notre transat retour qui durera environ 20 jours. En attendant nous avons retrouvé le goût des vrais steaks hachés, du fromage de chèvre et les pâtisseries au chocolat.

Changer une bouteille de gaz, acheter des conserves, faire une lessive, chasser des charançons de notre stock de pâtes, changer de place notre aspiration eau de mer des toilettes, un tour chez le coiffeur pour Mathias, amélioration des boites de dorades (aérateur), frotter la coque, tout cela occupe nos journées.

Il y a une centaine de bateaux dans la baie de marigot, beaucoup sont des français en attente d’un départ. Parmi eux un belge: Robin que je n’avais pas vu depuis mon passage au centre de voile des Glénans de Concarneau il y a 22 ans. C’est toujours sympa ces rencontres.

On espère partir le semaine prochaine…

En attendant : trouvez le « lactoria cornata » ou poisson-vache à longue corne

Mardi 303 jours d’aventure : Après trois semaines de stand by amarré a une bouée voilà que le déconfinement se profile de 6h à 13 h aux BVI. La météo est superbe et nous en profitons pour rejoindre le port afin de faire le ravitaillement. Cela fait du bien de naviguer quand tout à coup….

Un zodiac de police nous aborde (aborder veux dire : toucher notre coque laissant ses traces noires sur notre gris aluminium). Papiers ! Photos !Passeports ! Questions ! Tout en naviguant Bruno s’y colle et ça passe. En attendant on est au port « village cay », c’est très calme sans tous les catamarans de touristes qui s’agitent, on retrouve 6 monocoques de voyage .On rencontre deux jeunes Lillois Gauthier et Lancelot, bien sympathiques.

Jeudi : Le ravitaillement est fait, il n’y a plus d’interminable attente mais des mesures sanitaires comme le port de masque obligatoire ainsi que le lavage des mains à l’entrée de chaque magasin. Nous avons pris contact avec l’immigration pour une clearance de sortie de territoire. En attendant on retourne sur notre ile aux trésors du roman d’aventures écrit par Robert Louis Stevenson. On va profiter de cette belle ile avant de penser au retour.

LE PLAN c’est de rester quelques jours aux BVI, de rejoindre l’Ile St Martin de faire le plein de fromages français (en autre) et d’attendre « la bonne fenêtre météo » pour partir direction des iles des Açores. (Compter autour de 20 jours). Puis s’y reposer faire des pleins et repartir pour la dernière navigation de ce voyage direction Hennebont. Compter une bonne semaine.

Un grand merci à Richard et Françoise, Brian et Chris, Richard et Alexandra et Antonio pour nous avoir accompagné et aidé lors de ce confinement.

CLIQUEZ ICI

Nous en étions à notre 13 -ème jours de confinement total, c’est a dire sans magasin ouvert, sans pouvoir quitter le mouillage, ni aller à terre, quand…

Il y a eu un nouveau cas de covid-19, avec décès. Et là, à un jour de la libération et du ravitaillement , le 1er ministre des BVI Mr Fahie Andrew a décidé de prolonger d’une semaine, toujours sans pouvoir faire le plein d’eau ou acheter des oranges.

Bon ne paniquons pas, voila une semaine que l’on a pas de légumes ni de fruits et il reste environ 50 litres d’eau (sachant que l’équipage consomme environ 30 litres par jour, combien de temps pourra t-il tenir?). Nous avons donc employé notre dimanche à faire connaissance avec Brian, un américain sur un voilier à coté, qui nous parle du groupe de bateaux de la baie sur un compte « face de bouc », et nous aide à commander des courses sur un site (4O produits max) et de se faire livrer. Puis il nous met en relation avec la vedette à coté (qui a un dessalinisateur qui produit 200 litres d’eau douce à l’heure) et dont le skipper a gentiment accepté de nous fournir de l’eau, chose faite ce lundi à l’aide de jerricans. En attendant une réponse de confirmation du supermaket de l’ile d’en face on mangera du riz.

Pour les protéines nous avons envoyé Ewan avec Brian capturer une langouste pour le repas de ce soir. Notre 1er depuis notre voyage. Nous allons fêter cela!

Conclusion la solidarité des gens de mer existe toujours et elle est nettement plus efficace que les instances diplomatiques locales françaises.

J’en profite pour souhaiter un bon anniversaire à Anne-Marie , Annie et le Bidou. On pense bien à vous TOUS.

C’est dans ce contexte fou que je me lance dans l’objectif de vous faire sourire avec cette vidéo accompagnée d’un enregistrement musical fait sur le bateau par Bruno. A vous de reconnaitre le titre.

Saurez-vous trouver « yemanja »?

Cette vidéo a été tournée en partie avant le coronavirus. Au programme de la pêche avec Ewan, Bruno faisant un numéro de cirque, Mathias qui s’entraine à plaquer, un bar déserté par les touristes américains.

Pour la vidéo cliquez ici

Je ne le suis pas de nature, ni défaitiste d’ailleurs. Alors j’essai de prendre exemple sur les copines (elles se reconnaitront) qui malgré des situations parfois difficiles développent une vision positive.

-« Oh! mais quel est cette nouvelle espèce animal vertébré aquatique ? »

Après 5 jours de confinement , les BVI ont ouvert 3 jours leurs supermarchés avant un nouveau confinement total de 14 jours. Nous n’avions que le choix de repartir sur l’ile principale « Tortola » pour refaire un stock alimentaire. Bruno et moi avons passé nos épreuves (Kolanta) avec succès après 12 heures de queue à nous deux en trois magasins.

2 Avril – devant le supermarché –

Même dans cette longue attente sous le soleil, les personnes plaisantaient et restaient agréables .Quand vous entrez enfin dans le supermarché climatisé vous ressentez une frénésie d’achat compulsif pendant les 3 premières minutes comme si la deuxieme épreuve du jeu etait de remplir son caddie au plus vite. Et je vous passe l’histoire de Bruno, deux italiens et un policier qui malgré tout lui a sûrement fait gagner quelques heures.

Puis retour au mouillage bien protégé de Norman Island où nous avons commencé notre confinement plus paisiblement avec une cambuse qui pourra desservir les 70 repas. Dimanche nous avons été contrôlés par les douanes pour nous demander si c’était notre bateau et nos papiers de séjour. C’est notre premier contrôle depuis notre voyage.

On pense à vous et aux nombreux plaisanciers étrangers (peut-être 1000) qui sont bloqués quelque part et qui comme nous, élaborent des stratégies de retour: des Autraliens revendraient leur catamaran à Antigua, un Danois rapatrie son bateau par cargo, des écossais laissent leur bateau à Trinidad…

réponse : Un Brunocentridé !

Nous, on rentrera avec le bateau, on sait à peu près quand mais pas encore par où. Le virus aura disparu et tout le monde sera en bonne santé et en vacances d’été sous un beau soleil. C’est mon essai de confiance pour une issue favorable à cette situation.

Nous avons réussi à avoir une extension de séjour jusqu’au 19 Avril avec l’immigration et un permis de naviguer d’un an avec les douaniers des BVI. On est donc content de rester dans la baie « the Bight » de Norman Island, bien abritée de la houle et qui n’est pas habitée (à part par le gardien des superstructures d’un restaurant fermé). Nous sommes mouillé au Nord de la photo.

Samedi nous avons appris que nous étions en confinement par la police maritime qui faisait sa ronde, cela jusqu’au 2 Avril. Tous les magasins ou autres locaux de l’ile principale sont fermés. Une quarantaine de bateaux sont en attente comme nous aujourd’hui. Comme vous, nous organisons notre journée, par exemple aujourd’hui j’ai brulé nos déchets. J’ai arrêté de faire l’école pour souffler un peu et le temps s’écoule plus calmement. Peut-être que d’autre parent me comprendront. Merci à WhatsApp car grâce à cette application j’ai des nouvelles de ma famille et de mes amis. On est tous en bonne santé c’est le plus important.

Quant à la suite …on fait comme vous on patiente. On élabore des plans sur la comète, plan A avec un passage par les Açores, plan D un départ direct St Martin-Lorient ect…

On pense bien à vous , n’hésitez pas si vous avez du temps a nous envoyer de vos nouvelles.

C’est un peu difficile de venir vous parler de notre aventure pendant cette affreuse affaire de Coronavirus. Mais on espère au mieux que cela viendra vous distraire. Aux Iles Vierges Britanniques il n’y a pas de confinement mais un coup de vent. On constate depuis hier qu’il y a moins de location de gros catamarans américains. Ce qui change pour nous ce sont nos futures destinations, Puerto Rico, Cuba et bien d’autres iles ont fermé leurs frontières et en consultant les forums des plaisanciers en voyage comme « sail the world » tout parait compromis, il reste St Martin. Notre permis de séjour est valable jusqu’au 27 Mars aux BVI. affaire a suivre….

Vers 4h du mat, ceux là avaient une bonne sono à décorner les chèvres du coin. Toute la baie a pu profiter des derniers sons « électro ».

Sur toutes les plages que nous rencontrons aux BVI, les coraux sont pratiquement tous morts : en gros cailloux aux abords de plage ou dans les fonds : blancs. La faune qui y est généralement associée est donc bien pauvre quand nous mettons notre masque dans ces eaux limpides. Autour du bateau rodent les tarpons. Grands poissons au corps argentés munis de grosses écailles pouvant mesurer 3 m.(Le rêve pour Ewan)

Aujourd’hui évaluation de sport pour Mathias qui doit faire une chorégraphie représentant des animaux. Bien sur je vous transmet les photos et vous laisse chercher.

Pas facile a trouver sur cette photo.

Nous goutons aussi aux spécialités locales, il a peu de légumes.

Nous avons fait une escale sauvage sur « Sandy Spit » , un banc de sable où le vent et le courant se rencontrent.

On a reçu des nouvelles des élèves de la classe de CM2 de l’anse d’Alet en Martinique. En Décembre nous avons donné des livres récoltés à Hennebont. Ils nous ont remercié par un superbe article. Nous sommes content de cette échange.

Prenez soin de vous, on pense à vous.

Pour voir la vidéo Cliquez ICI